Livres

Mai sur la peau, Inclinaison, 2019

60698919_10216941901652019_2651111379984973824_o

 

 

 

 

 

 

 

La lune quelque part
mai sur la peau
pour sceller maintenant
la naissance

la sueur la chair le sang

et le soir tout à coup
mieux qu’un ami
venu rendre visite.

Mai sur la peau, éditions Inclinaison (collection Voix tissées), 2019;

Renseignements et commandes sur le SITE des éditions Inclinaison.

Cordes Tissées n°30
36 pages
ISBN 978-2-916942-66-7

Livres

Trouver refuge, Cheyne éditeur, 2017

22090043_563541323985165_4188514280322166818_n

Le lierre a maintenant atteint les branches. Il s’accroche au feuillage tel le brouillard à la mémoire.

On se dit que si tant de choses tiennent, c’est qu’elles n’en ont pas fini avec les peurs étranges. Les chuchotements égarés dans les herbes trop épaisses. Les reflets déjà graves qui collent au paysage.

On se dit que l’indécision grimpe décidément haut. Loin des lumières qui vont silencieusement à ras de terre.

Trouver refuge, Cheyne éditeur, 2017.

Préface de Jean-Claude Dubois.

Disponible en librairie. Plus d’informations sur le site de Cheyne éditeur.

Notes de lecture:

– Dominique Boudou (Jacques Louvain), Sabine Faulmeyer (Le carré jaune), Claude Vercey (ID719); Eric Guillot (Centre Presse), Georges Cathalo (Texture), Jacques Morin (Décharge n°177), Philippe Leuckx (Revue Phoenix); Thibault Ulysse Comte (La nouvelle quinzaine littéraire n°1199) et dans le n°79 du Canard Gascon.

Des extraits à écouter ICI (lecture à la librairie Ombres blanches).

Quelques extraits, lus par Christophe Sanchez, sont à écouter ici:

Livres

Le ciel déposé là, L’Arrière-Pays, 2016

sans-titre

Le matin tousse discrètement. La lumière entre au goutte à goutte pour surprendre l’enfance, pour l’étouffer dans son sommeil avec un grand ciel blanc. Alors tout est pauvre. Tout manque. Quelqu’un ouvre la fenêtre et cette fois on ne dort pas. On fait semblant.

Le ciel déposé là, éditions L’Arrière-Pays, 2016.

Disponible en librairie ou auprès de l’éditeur (bon de commande)

 Notes de lecture:

Par Marie-Josée Desvignes, Dominique Boudou, Mikael St-Honoré (Maison de la Poésie de la Drôme), Claude Vercey (Décharge), Cathy Garcia (Traversées), Patrice Maltaverne (Poésiechroniquetamalle), Philippe Leuckx (Revue Phoenix), Georges Cathalo (Revue Texture), Jacques Morin (Décharge n°171), Gérard Bocholier (ARPA), Gilles Lades (Friches), Dominique Zinenberg (Francopolis), Valérie Canat de Chizy (Terre à ciel) dans La Dépêche et le Canard Gascon. Sur le blog Le temps bleu.

On peut également découvrir la lecture de Christophe Sanchez dans la vidéo ci-dessous:

Livres

Pistes noires, Editions Henry, 2014

Sans titre

Quelqu’un secoue des ombres à la fenêtre. La poussière flâne dans la lumière, avant de s’écrouler jusqu’au pli de la rue. Là où s’entassent les pages cornées, les bruits sourds de minuit, les empreintes de pas qui noircissent dans la neige. Les peurs et les mots qui rassurent. On les retrouve ici, en manière d’éclaireurs.

Pistes noires, éditions Henry, 2014.

 Vignette de couverture : Isabelle Clement

Disponible en librairie ou auprès des éditions Henry: ICI

Notes de lecture:

Par Patrice Maltaverne (Poésie chronique ta malle), Cathy Garcia (La Cause littéraire), Jacques Morin (Décharge), Cécile Guivarch (Terre à ciel), Murièle Modély (L’oeil bande) Samuel Dudouit (Paysages Ecrits), Isabelle Lévesque (Recours au poème), Marie-Josée Desvignes (Autre monde et Recours au poème), Laurent Fourcaut (Place de la Sorbonne), Philippe Leuckx (Journal des poètes) et Jean-Pierre Lesieur (Comme en poésie)

Livres

Passant l’été, Cheyne éditeur, 2012

sans-titre

Les planches étouffent le bruit de nos pas. Quelques lattes se soulèvent et retombent rapidement. Elles entament une étrange chorégraphie qui se répète de bout en bout de la jetée. Elles sont ce piège qui se referme sur lui même. Sans proie et sans chaleur. Sans même un claquement. Sans la tendresse de l’éclipse. On avance à tâtons. On essaie de marcher sur les taches de lumière qui apparaissent ça et là. On entend goutter les couleurs. On les devine dans notre dos. C’est un début.

Passant l’été, Cheyne éditeur, 2012 (réédition en 2013)

Prix de la vocation 2012. Publié avec le concours de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet.

Notes de lecture:

Par Antoine Emaz (CCP), Patrice Maltaverne, Morgan Riet, Claude Vercey, Georges Cathalo, (Texture), Dominique Boudou, Eric Dejaeger, Cathy Garcia (La cause littéraire), Eric Pistouley (Recours au poème), Jacques Morin (Décharge), Jean-Pierre Lesieur (Comme en poésie), Michel Passelergue (Les cahiers de la rue Ventura), Cathia Chabre (A Verse), Maël Azr (Sens critique) et dans la Dépêche du Midi (ici et ) et Midi-Libre.

On peut également découvrir le superbe travail réalisé par Samuel Buckman à partir du recueil: ICI, ICI et ICI.

Livres

Prendre part à la nuit, Polder, 2012

prendre-part-c3a0-la-nuit1

Si les textes qui composent ce livre sont des sortes de photographies d’instants crépusculaires, de moments suspendus en pleine nuit, des instantanés de vie dans l’obscurité, j’ai le sentiment qu’ils témoignent en contrepoint des ombres qui habitent l’esprit du veilleur, tellement d’ombres qui se bousculent, celles de l’enfance et de ses peurs, celles des visages absents, de la solitude, de la difficulté à être.Ce qui se joue, en somme, (..) c’est une cicatrisation : à la fois, elle rappelle la blessure et dit le travail pour en réparer les dommages. Reste une trace sur la peau dont on peut apprécier le dessin qu’on pourra lire de multiples manières. (Jean-Christophe Belleveaux, extrait de la Préface)

Prendre part à la nuit, Polder n°153, 2012.

Préface de Jean-Christophe Belleveaux et peinture de couverture de Lise Debelroute.

Plus d’informations sur le site de Décharge et le blog de Gros Textes.

Notes de lecture:

Par Cécile Guivarch, Claude Vercey, Alain Boudet, Murièle Camac, Walter Ruhlmann, Sanda Voïca et Teklal Neguib. Et dans le n°51 de la revue « Comme en poésie » (Jean-Pierre Lesieur)

On peut également écouter un extrait du recueil sur le Soundcloud de Cédric Gatien: