L’enfance s’est enlisée tout près. Le chien aboie dans le jardin et chaque rafale le fait bondir. C’est comme ça que les cœurs se détraquent. Dans l’angoisse d’un matin où les gamins s’ennuient, où l’eau s’épuise dans leur sillage, où chaque sursaut rassure. On en est là.

A paraître en mai 2016 aux éditions L’Arrière-Pays

Publicités