On ne sait pas ce qui vient. De la peur en écho. Un cornet de bêtises. Des griffures sur le dos du matin. Un sillon sur la joue. Une pluie si soudaine qu’elle laisse des flaques sur l’horizon. Les nuages sont alors comme des parapluies qui se déplacent dans les collines, puis se referment brusquement. Et on est là, enfin trempé. On rit. On laisse les souvenirs infuser, en serrant fort chaque regard contre nos torses nus. Le jour se lève lentement, et on ne sait pas ce qui vient. Un train lancé à vive allure à la poursuite de l’été. Le calme insensé du dimanche. Un tout petit morceau d’enfance coincé entre deux pans de ciel.

Advertisements